dimanche 12 septembre 2010

MAGNIFIQUE LOSER

pour L. Cohen

Il arrive que mes bulles de gomme
Se mettent à sonner comme du Mozart
Surtout quand je sens que ce soir
Tout va pour le mieux

Et qu’à défaut d’être beau
Visage brûlé par l’amour
J’ai au moins la musique
Qui me donne le swing
Pour déambuler
Sur Boogie Street
Le coeur allège

Et pour tenter ma chance
Dans ce maudit métier
Qu’on appelle
Liberté

Quitte à me perdre

Magnifiquement

Christian Girard © 2010

3 commentaires:

Anonyme a dit…

"ne jamais demander son chemin à qui ne s'est déjà perdu"
Roland Giguère

J-Marc

Anonyme a dit…

"Dans ce maudit métier
Qu'on appelle
Liberté"

J'aime beaucoup ton écriture
va droit à l'essentiel
images fortes et sensibles
qui font mouchent

Jean-Marc

Juliette a dit…

on m'a dit de te dire : "Sincerely, L. Cohen". Je ne fais que rapporter...